Ruffin ou la tentation populiste

Depuis un bon moment maintenant, il ne se passe pas une semaine sans que sonne à gauche un petit air, connu mais agaçant, montant crescendo :

« Voter PS au second tour en bon républicain, c’est fini »

 

Si je prends la plume aujourd’hui, c’est pour répondre au camarade de gauche François Ruffin, réalisateur de l’excellent “Merci Patron !”, et qui s’est fait particulièrement entendre à ce sujet. Non content de dire tout haut ce que beaucoup à gauche pensent tout bas, Ruffin développe son désaveux socialiste en Une de Libération ce lundi 6 juin 2016. Interview qui s’inscrit dans une stratégie plus globale, visant à fustiger le Parti Socialiste en bonne et due forme, en lançant une campagne nationale intitulée « Nous ne voterons plus PS ».

 

882634-rufin

Interview de Ruffin dans Libé – 6 Juin 2016

 

François, je ne connais pas un électeur de gauche qui n’ait pas une raison d’être déçu, ou un reproche à faire sur quinquennat Hollande, et moi-même j’ai eu le loisir d’avoir quelques espoirs froidement douchés depuis 2012.

En outre, je suis personnellement très mal à l’aise vis-à-vis de la stratégie habituelle de culpabilisation de l’électorat de gauche, disant qu’il faut voter PS pour éviter le FN. Véritable penchant socialiste du TINA thatcherien – there is no alternative – ce chantage est totalement contre-productif, à tel point qu’aujourd’hui, lorsqu’un ancien électeur socialiste explique qu’il ne votera plus PS, on sent bien qu’un glissement sémantique s’est exercé. Il se fout de savoir que cela conduirait à un gouvernement LR voire FN. Le sous-entendu, le non-dit pudique derrière ce message, c’est l’envie d’aller au clash, de faire table rase, de provoquer l’accident. Le penchant gauchiste de la destruction créatrice Schumpeterienne. Après tout, Marine, “si les Français la veulent, les Français l’auront ».

Faut-il pour autant perdre tout espoir de la sorte, se dire “tant pis pour nous” ? Mais quel gâchis !

Ressorts démocratiques, relents totalitaires

Cette interview me laisse un goût amer. Il y a des électeurs déçus, en colère, et il y a des colères qui sont très saines. Songer à ne pas voter socialiste, c’est une chose. Faire explicitement campagne contre, c’en est une autre. Qu’espère réaliser François Ruffin en appelant à ne plus voter PS ? Vraisemblablement, l’élimination du candidat socialiste conduira à un quinquennat Juppé, Sarkozy ou Le Pen. Avec qui il sera littéralement impossible de construire un projet compatible avec la gauche que Ruffin représente.

 

boardgame23

Anciens électeurs socialistes jouant le jeu du FN – allégorie

 

Loin de moi l’envie de me faire l’avocat du diable, mais pourquoi tant de haine ? Si j’ai encore ma carte au PS aujourd’hui, c’est évidemment parce que je crois qu’il est encore possible de faire changer les choses de l’intérieur, et que le changement par la réforme est possible. C’est évidemment difficile, usant même. Mais c’est ainsi que fonctionne la démocratie : par le consensus. Si je suis seul à être convaincu du bien fondé d’une idée, elle n’a que peu de valeurs. Ruffin ne veut plus voter PS, j’en suis fort aise, mais son alternative a une majorité encore moins large. Il ne suffit pas d’être “contre” : encore faut-il convaincre.

C’est un point intéressant quant à l’aventure Nuit Debout notamment, largement alimentée par Ruffin. Véritable réussite de mobilisation, bienveillance de la presse et d’une bonne partie de l’opinion à son égard, le mouvement est cependant né de la convergence des luttes, donc d’un mouvement d’opposition. Et l’on sent que le mouvement a du mal à transformer l’essai. Le mouvement n’a pour le moment pas su sortir d’un certain entre-soi d’extrême-gauche, dont Ruffin lui-même est conscient. Dès lors, quels débouchés sont possibles ? Le seul point semblant mettre tout le monde d’accord est la création d’une assemblée constituante.

Sans chercher à forcer le trait – étant moi-même très favorable à ce mouvement, et partisan d’une remise à plat des institutions pour une sixième république, je me pose cette question : comment construire un tel projet, sur une base ne recueillant pas de majorité, et s’adressant finalement à une partie de la population peut-être encore plus étroite que celle qui vote encore socialiste ? Passer en force ?

Il y a tellement à construire plutôt qu’à dénoncer. Dans le contexte actuel, toute initiative visant à mobiliser, à faire revenir des citoyens déçus vers la politique, le débat public, est salutaire – et à ce titre, je préfère largement voir se rassembler 30 000 personnes aux tendances altermondialistes ou anticapitalistes, veiller Place de la République plutôt que deux millions de personnes manifester contre l’extension des droit des homosexuels.

Un pour tous, tous contre un

Le mouvement laisse entrevoir ses limites aujourd’hui. Il est toujours plus aisé de trouver une majorité “contre” qu’un consensus “pour”…

Et justement… L’épreuve du réel, et sa gestion des schizophrénies, pourrait fracasser une belle utopie : la convergence des luttes commence à attirer une frange de… la manif pour tous !

Les veilleurs, à leur tour, comptent désormais rejoindre la Place de la République. Difficile de croire cependant que l’engouffrement de la manif pour tous dans cette lutte des classes se base sur une prise de conscience soudaine et désintéressée pour la cause des travailleurs, et que le Capital de Marx ait “grand-remplacé” les sacro-saintes lectures réacs habituelles. L’opportunité de jouer le match retour contre François Hollande est trop belle.

Est-ce que Nuit Debout sortira indemne du prochain défi qui s’annonce ? Les ennemis de mes ennemis sont-ils mes amis… La convergence des luttes réussira-t-elle à survivre au perfide effet “fer à cheval”, quand l’extrême-gauche s’éloigne tellement du centre qu’elle en arrive à rejoindre la frange la plus conservatrice ? Certains, comme Jacques Sapir, ont déjà fait leur coming out…

Si je comprends la colère et la déception de François Ruffin et de “son” mouvement Nuit Debout, je ne peux que lui poser cette éternelle question : à qui profitera le crime ?

Advertisements

3 réflexions sur “Ruffin ou la tentation populiste

  1. J’ai été au PS de 2005 à 2008. Il n’est pas possible de faire changer ce parti dont les cadres sont en grande partie assujetties à l’ISF. Dans « Merci Patron », il est question de Marc-Antoine Jamet, secrétaire de LVMH et secrétaire de la fédé PS de l’Eure que les militants ont élu haut la main.

    J'aime

  2. Je ne voterai plus jamais pour le PS et je ferai toujours campagne contre le PS. Parce que le PS a voulu faire une loi — la déchéance de nationalité — contre ma propre famille. Il s’agit bien d’une question personnelle. Pourquoi faire une loi spécifique contre ma famille ? Et contre toutes les familles comme la mienne ?

    Je veux bien accepter toutes les discussions sur les sujets. Je veux bien être en minorité. Je veux bien faire des compromis comme tu l’argumentes dans ton texte. Je veux bien que mes propositions ne soient pas retenues.

    Mais je n’ai qu’un goût très modéré pour les baffes. Surtout quand on me casse la gueule parce que ma famille a pour seul défaut d’être bi-nationale. Je serai vraiment très très con de voter pour les gens qui cognent et lourdent ma famille aux quatre vents parce qu’elle a commis le pêché de bi-nationalité. Merde ! Y’a une limite à l’acceptation des coups dans la gueule !

    Et faut surtout pas brandir la menace FN. Cette idée de ségrégation et de renvoi des bi-nationaux est par essence d’extrême-droite. C’est une très vieille idée qui a toujours traîné dans l’extrême-droite au moins depuis Drumont et son livre « La France juive ». Je ne vote pas pour les gens qui professent ces idées. Je les condamne et je milite contre eux. Point. Ça ne souffre pas discussion.

    Ce qui caractérise le PS depuis 1983 est son incapacité à tirer les leçons de ses échecs. Je pensais que la sévère branlée de 2002 (je ne suis pas allé voter cette année-là) allait changer les choses au sein du PS à la mesure de sa défaite cuisante. Mais le PS est toujours comme en 2002, une poule qui a trouvé un couteau, et on peut penser raisonnablement qu’il ne va pas changer de cap avant fort longtemps… On a encore vu son incapacité à bouger d’un iota après sa raclée aux régionales, la cinquième tannée depuis 2012 !

    J'aime

    • « Un passant »: de tout cœur avec vous.
      Moi, électeur, je ne ferai plus confiance à un menteur qui a promis de s’attaquer à la finance.
      Moi, électeur, je ne ferai plus confiance à un parti qui soutient ce menteur.
      Moi, électeur, je ne ferai plus confiance à un parti qui a soutenu la déchéance de nationalité pour des raisons de magouille politiciennes, au mépris des valeurs qui me font aimer la France.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s