[đź“ťEdito] LibĂ©ralisme et crise climatique : la fin de l’écologie apolitique ?

Après plusieurs décennies de discours climato-sceptiques, de doutes sur l’existence du dérèglement climatique, de déni sur la responsabilité humaine de son origine, le constat et la prise de conscience ont largement évolué dans le bon sens et on peut entendre de plus en plus souvent que l’écologie est en train de gagner la bataille culturelle. A défaut cependant d’avoir encore gagné la bataille politique. 

C’est que de ce côté-là, les lignes sont brouillées depuis longtemps. Beaucoup disent que l’écologie est un problème transversal, trop grave pour se cantonner à une seule nuance politique ou à un seul camp (c’est certainement vrai), d’autres s’efforcent à dire que l’écologie ce n’est ni de droite ni de gauche (ça l’est déjà moins) ou ont cherché à la différencier de la gauche, certains allant jusqu’à proposer une écologie “centriste”, parfois “libérale” ou même compatible avec le capitalisme (et là, on rêve).

Le problème avec l’Ă©cologie apolitique, c’est qu’elle peine Ă  pointer du doigt le problème. Certes, la crise climatique, l’incertitude pour le futur, et les perspectives de changements peuvent ĂŞtre dĂ©stabilisantes voire anxiogènes. L’un des nombreux dĂ©fis de l’écologie politique est de proposer un discours plus rassurant, porteur d’espoir et d’un futur dĂ©sirable. C’est possiblement l’une des raisons pour laquelle la politique mainstream souvent dĂ©voient les mots de l’écologie pour que rien ne change. La “sobriĂ©té” redĂ©finie comme façon de gĂ©rer les pĂ©nuries par exemple, ou encore la couleur verte, formule magique quand utilisĂ©e comme adjectif qui permettrait de tout faire comme avant mais dans le respect de la trajectoire climatique soutenable : la croissance verte, la finance verte, les carburants verts … Tout cela pour finalement se poser le moins de questions possibles sur les objectifs que nous voulons vraiment nous fixer en tant que sociĂ©tĂ© et les pratiques que nous devons stopper.

Ce verdissement lexical permet de cacher ce qui nous bloque, ce qui nous empêche de bifurquer : la nécessité de changer le système économique, que l’on a laissé s’organiser autour du capitalisme et du libéralisme, consacrant le profit pour le profit, les inégalités, l’accumulation, le court-termisme, l’extraction et l’exploitation des ressources et faisant fi des limites planétaires. Le libéralisme est d’ailleurs lui aussi un concept souvent dévoyé, où l’on confond sa définition philosophique avec sa vision plus économique ou politique. Parfois utilisé comme insulte, ou mal compris par d’autres comme excuse pour conserver sa “liberté absolue” de prendre l’avion, de conduire un SUV ou de manger de la viande.

Il est parfois très intĂ©ressant de les Ă©couter, pour comprendre pourquoi ils prĂ©sentent ce courant de pensĂ©e comme un idĂ©al. C’est ce que j’ai fait, Ă  deux occasions rĂ©centes : Sur Inter chez Thomas Legrand, et du cĂ´tĂ© belge avec Bruno Colmant. Tous font le constat suivant : fervents ou ex-fervents libĂ©raux, ils sont forcĂ©s de constater que le libĂ©ralisme est incompatible avec le dĂ©fi climatique et le besoin d’une transition Ă©cologique et solidaire. Historiquement, la pensĂ©e libĂ©rale s’est fondĂ©e sur l’idĂ©e d’un monde infini et du progrès Ă©ternel – en contradiction directe avec l’état du monde et la gravitĂ© du problème que nous rencontrons aujourd’hui, qui justifie une prise de contrĂ´le centralisĂ©e des activitĂ©s et de la production. Allant jusqu’à se demander si le libĂ©ralisme n’est pas finalement mort dans l’écologie. Dans la bouche de libĂ©raux, forcĂ©ment, ça dĂ©coiffe. 

Une bonne foi rare qui fait du bien à entendre, et qui pourrait bien être le début d’une autre victoire culturelle de l’écologie, mais cette fois, aux conséquences politiques très intéressantes…

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :